Vivre la Visitation

Notre charisme, c'est de vivre l'Evangile sous l'éclairage de la Visitation. Ainsi, nous nous révélons mutuellement les merveilles que Dieu accomplit pour tous, comme l'a vécu Marie en sa Visitation.

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur. Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. » Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

Dieu Trinité

Dieu nous convoque à la rencontre. Marie se met en route, elle consent à se laisser désinstaller, mue par l'Esprit Saint. Sa réponse est une disponibilité engageante en parole et en acte. Au cœur de la rencontre, Dieu fait irruption. Marie et Elisabeth se confirment l'une l'autre dans la foi.

Mystère de la rencontre

Rencontrer l’autre, c’est nous laisser visiter par l’altérité, accepter d’être vulnérable accueillir une autre culture et se laisser transformer. Rencontrer l’autre, c’est se laisser toucher, c'est rejoindre l'autre dans ce qu'il vit, ainsi avec la grâce de Dieu se façonne en nous un être de compassion. L’élan du cœur nous fait miser sur la confiance, nous fait agir envers l’autre de manière à ce qu’il se sente toujours aimé . Chaque rencontre nous plonge au cœur du mystère pascal, traversée de morts vers une vie nouvelle.

Joie contagieuse

Nous sommes invitées à entrer dans la joie de Dieu : «Sois dans la joie, toi qui as la faveur de Dieu». Ainsi se réjouir de ce que je suis, de ce que l’autre est et de ce que nous sommes. Cette joie nous propulse en projet et devient contagieuse. Le jaillissement de la joie nous pousse à bénir Dieu pour ce qu’il est, ce qu’il nous apporte et à nous réjouir pour nos rencontres.

Relations, défis pour aujourd'hui

Il y a un lien vital entre notre relation à Dieu, à soi et aux autres. Le visage de Dieu qui nous habite nous donne d’entrer dans une originalité de relation avec l’autre: une façon d’être dans la société d’aujourd’hui, une manière d’accueillir les personnes, une capacité d’encourager l’autre un émerveillement qui nous fait sortir de la comparaison et de la jalousie, une façon d’accueillir l’autre comme une bénédiction. Nous sommes appelées à porter un regard bon et humanisant autour de nous, à devenir des êtres de paix et de réconciliation.

François de Sales

Saint François de Sales est né à Thorens en Savoie en 1567. Homme de droit et de lettres, admirateur de la vie des hommes et de la nature, prêtre zélé dans sa mission au Chablais, passionné de l'Amour de Dieu, Evêque de Genève, habitant à Annecy, et fondateur de l'ordre de la Visitation avec Jeanne de Chantal en 1610.

Il exprime le fondement de sa spiritualité dans ses livres: "l'Introduction à la vie dévote" (IVD), écrit en 1608 et "le Traité de l'Amour de Dieu" (TAD), écrit en 1616.

Homme de cœur, fidèle dans ses amitiés, accompagnateur spirituel avec une justesse tenant compte de la psychologie humaine, nous pouvons nous en inspirer à travers ses nombreuses "Lettres", "les Entretiens" et "les Sermons". Il chemine avec des personnes de toutes conditions. Proclamé docteur de l'Eglise par Pie IX, reconnu comme Prophète de l'Amour.

Tous ses écrits sont rassemblés dans les 26 volumes des "Œuvres de Saint François de Sales" aux Editions d'Annecy.

Spiritualité évangélique à la portée de tous, qui fait de lui un véritable prophète de l'Amour. Il rejoint chacun dans ce qu'il est et dans ce qu'il vit, en tout lieu, en toute circonstance, ... Dans l'Introduction à la vie dévote, François de Sales présente un chemin de vie chrétienne pour tous.

"Mon intention est d'instruire ceux qui vivent dans les villes, les ménages, en la cour ..." dans IVD préface.

Spiritualité de la bonté de Dieu. Cette foi fondamentale en la bonté de Dieu est la source de toute vie. C'est le mouvement qui part de notre cœur, se répand et se reconnaît dans nos réalités de vie.

"Admirez la bonté de Dieu. Oh, que mon Dieu est bon pour moi! Il est donc si bon ! Que votre cœur, Seigneur, est riche en miséricorde, débordant de bonté! Oh mon âme, ne cessons pas de nous redire l'histoire de toutes les grâces qu'Il nous a faites." (IVD, P.1, ch. 11)

Saint Vincent de Paul, ami de François de Sales disait: "Que Dieu doit être bon puisque Monsieur de Sales est si bon!"

Spiritualité enracinée dans l'humain: François croit en l'homme tel qu'il est. Pour lui, tout être humain, est creusé par la soif d'aimer et d'être aimé; il croit que tout homme porte en lui une inclination naturelle à connaître et à aimer Dieu. L'humanité est pétrie du divin et Dieu a pris part à la vie de l'homme. Notre "Dieu est le Dieu du cœur humain" ( TAD 1, 15)

Jeanne de Chantal

Sainte Jeanne de Chantal, née le 23 janvier 1572. Epouse du baron de Chantal, mère souvent seule et dévouée à ses 4 enfants, femme de la société au service des plus pauvres, veuve en recherche de la volonté de Dieu, cofondatrice de l'ordre de la Visitation avec Saint François de Sales. Elle est un exemple autant pour les épouses et les mères de famille que pour les moniales.

Réalisme: Dans ses lettres, Jeanne de Chantal évoque des détails de santé, de nourriture, le concret du travail, pour ceux qui l'entourent et pour elle-même. Elle voit les mouvements qui l'habitent, pensées et sentiments avec clairvoyance. Tout ce concret de la vie est le terreau de sa prière.

" Vous pouvez sans scrupules nommer oraisons toutes vos bonnes pensées et élévations d'esprit, car, en effet, c'est l'oraison, et même toutes nos actions sont oraisons quand nous les faisons pour Dieu." (Lettres à Péronne-Marie de Chatel, EA Tome 21, page 123, 126)

Confiance en Dieu: Dieu ne change pas nos circonstances de vie, mais Il les traverse avec nous: en toute simplicité je fais ce que je peux et je le vis avec Dieu.

"... la paternelle providence de notre bon Dieu: ayez-y recours en tous vos besoins, afin d'y être éclairée de sa sainte volonté, et qu'elle travaille en vous et par vous et vous reposez en son soin, sans négliger toutefois de faire de votre côté ce que vous pourrez et fidèlement." lettre à Mère Marie-Jacqueline Favre (lettre 2186, tome 5)

Communauté: La vie fraternelle est le lieu par excellence pour apprendre les unes avec les autres à aimer Dieu et à aimer le prochain. C'est ce que Jeanne de Chantal illustre par une porte qui s'ouvre des deux côtés, celle de Dieu et celle du prochain!

"Considérez, que non seulement le Sauveur enseigna cet amour du prochain par paroles, mais par ses adorables exemples ; voulant mourir pour l'amour de tous, il se donna au très Saint-Sacrement, à ses apôtres, voire même à Judas, lequel il ne refusa point de baiser, quoique son ennemi. Ah ! mon Sauveur, cet exemple me confond. Hélas ! à peine veux-je tant soit peu m'incommoder, ou contrarier mes volontés pour l'amour du prochain, et toutefois vous m'apprenez qu'il faut aimer d'œuvre et de vérité, et non point seulement de parole, et que jamais je n'entrerai en votre Temple céleste, que par l'unique porte de la charité, qui s'ouvre de deux côtés : Amour de Dieu et Amour du prochain." (19ème méditation de Jeanne de Chantal : « De l’amour du prochain. »)